Chauffer son logement sans réchauffer la planète

Holzschnitzel

 

À cette période de l'année, on remet le chauffage en marche et on rallume les radiateurs. Avec eux, les émissions de CO2 augmentent. En effet, près de deux tiers de l'ensemble des bâtiments suisses continuent d'être chauffés au fuel ou au gaz. Cependant, éteindre le chauffage n'est pas une solution ; il faut plutôt miser sur des techniques du bâtiment modernes.

En Suisse et au Liechtenstein, bon nombre de bâtiments sont de véritables gouffres énergétiques : le chauffage au fuel et au gaz émet d'importantes quantités de CO2 pour produire de la chaleur, laquelle n'est qu'en partie utilisée. Cette chaleur produite est perdue en raison d'une mauvaise isolation des bâtiments ou se révèle inutile lorsqu'elle est utilisée pour chauffer une maison vide. Il n'est pas étonnant que les bâtiments soient à l'origine de la moitié de la consommation d'énergie totale.

La décision du Conseil fédéral a été prise : à l'horizon 2050, la Suisse doit atteindre un bilan carbone neutre si l'on veut prévenir autant que possible des dommages irréparables causés au climat, à l'échelle planétaire. Pour atteindre cet objectif ambitieux, il est impératif de produire une énergie plus durable, d'une part, et d'économiser cette énergie, d'autre part. À ces fins, des PME innovantes développent de nouvelles techniques du bâtiment. Elles sont encouragées par la Fondation Suisse pour le Climat qui leur offre son soutien financier. Les fonds proviennent des 27 entreprises partenaires de la fondation, dont entre autres les banques Raiffeisen, Pictet, la Landesbank du Liechtenstein ou la banque Vontobel.

Produire de l'énergie durable

L'entreprise vaudoise Fireforce Technology développe une technique de chauffage au bois qui ne rejette pratiquement aucune substance polluante. Bien que le chauffage au bois soit nettement plus écologique que le chauffage au fuel, il entraîne tout de même le rejet de nombreuses particules fines. « Jusque-là, nous essayions principalement de résoudre ce problème à l'aide d'un filtre », déclare André Van der Veken, directeur général de Fireforce. « Pourtant, il serait beaucoup plus judicieux d'empêcher l'émission des particules plutôt que d'utiliser des méthodes fastidieuses pour les capturer ». C'est pourquoi, M. Van der Veken a déposé une demande de soutien auprès de la Fondation Suisse pour le Climat, qui a été acceptée.

Pour la seconde fois, l'entreprise Rudolf Schmid AG, qui a développé un « Stirling à pistons libres et tubes de résonance », reçoit le soutien de la fondation. À première vue complexe, cette technologie est pourtant simple : des températures élevées sont générées avec du gaz, du biogaz ou même plus tard avec du bois par le « Stirling à pistons libres et tubes de résonance ». Cela produit de l'électricité et de la chaleur. Les bâtiments peuvent s'alimenter efficacement en électricité et en chaleur.

Faire des économies d'énergie grâce à l'intelligence artificielle

Il est inutile de chauffer une maison vide, même si la chaleur est produite de manière durable. C'est la raison pour laquelle la start-up bernoise CleverOn (anciennement SimplyHome) développe une commande intelligente des chauffages et des radiateurs. Le système ne nécessite aucune installation complexe : il suffit de retirer les anciens thermostats, de monter les nouveaux modèles et de les connecter au réseau Wi-Fi, et enfin de placer le capteur. Une fois l'installation terminée, le capteur détecte les habitudes d'utilisation des habitants et, grâce à l'intelligence artificielle, commande les heures et la puissance de chauffage de chaque pièce. Même les prévisions météorologiques sont prises en compte dans les paramètres.

Réutiliser l'énergie produite par la douche

Les prochains mois seront, comme toujours, placés sous le signe du froid et de l'humidité. Le remède : prendre une douche chaude. Néanmoins, la précieuse eau chauffée ne remplit son rôle que pendant quelques secondes. Ensuite, elle s'écoule dans les canalisations et l'énergie produite est perdue. Selon Reto Schmid, directeur général de l'entreprise biennoise Joulia SA, il s'agit d'un gaspillage pur et simple. Grâce au soutien financier de la Fondation Suisse pour le Climat, l'équipe de Joulia a développé un écoulement de douche qui utilise l'énergie des eaux usées pour préchauffer l'eau froide. Ainsi, plus de la moitié de l'énergie de chauffage produite par la douche est économisée.

Renforcer le pôle d'innovation

La Suisse et le Liechtenstein sont le terrain d'innombrables PME développant des projets qui font avancer la lutte contre le réchauffement climatique, que ce soit en réalisant des économies d'énergie au sein même de leur entreprise ou en développant des produits innovants. « L'inventivité dont font preuve les acteurs du pôle économique de la Suisse et du Liechtenstein permet à nos petits pays d'apporter une importante contribution à la préservation du climat au niveau international », affirme Christian Schilz, représentant de la banque Vontobel au sein du conseil de la fondation. « Mais l'innovation a un coût. C'est pourquoi, je ne peux qu'encourager les PME à déposer une demande de subside auprès de la fondation. »

La fondation, financée par 27 entreprises partenaires, attribue chaque année des subsides à hauteur de plusieurs millions de francs. Ainsi, non seulement elle agit pour le climat, mais elle encourage également les PME locales. De l'économie pour l'économie.

 

La Fondation Suisse pour le Climat

Protéger le climat. Promouvoir les PME. Sous ce slogan, la Fondation Suisse pour le Climat soutient des projets de petites et moyennes entreprises (PME) qui contribuent à la protection du climat. Depuis sa création en 2008, la Fondation a accordé 22 millions de francs à plus de 1'450 PME en Suisse et au Liechtenstein.

La Fondation Suisse pour le Climat est une fondation indépendante d'utilité publique placée sous la surveillance de la Confédération. Elle est ouverte à toutes les entreprises qui souhaitent contribuer davantage à la protection du climat par une utilisation efficace et ciblée des recettes provenant de la taxe CO2.

Depuis janvier 2008, la loi fédérale sur la réduction des émissions de CO2 exige la perception d'une taxe sur les combustibles. Une partie de ces fonds est réinjectée dans l'économie. Les grands prestataires de services, en particulier, récupèrent davantage d'argent qu'ils n'en ont payé. Les entreprises partenaires de la Fondation Suisse pour le Climat ont choisi d'allouer le montant de leur « restitution nette » au profit de mesures de PME suisses et liechtensteinoises contribuant à la protection du climat.

Les partenaires de la Fondation Suisse pour le Climat

La Fondation Suisse pour le Climat a pour partenaires les prestataires de services suisses et liechtensteinois suivants : Allianz Suisse, Assurance immobilière Berne, AXA, Banque Alternative Suisse, Banque J. Safra Sarasin, ECA Vaud, Assurance immobilière du canton de Zurich, Banque Cantonal de Glaris, Julius Bär, LGT, Liechtensteinische Landesbank, Man Investments, NewRe, PartnerRe,
Pictet Goup, PwC Suisse, Raiffeisen Suisse, RobecoSAM, Sanitas Assurance Maladie, SAP (Suisse) SA, SCOR, Swiss Life, Swiss Re, Vaudoise Assurances, Vontobel , VP Bank et AXA XL.

Retour

©2008-2021 Fondation Suisse pour le Climat
.